Rechercher
  • murielmartinellaauteur

L'écriture et la Jeep

Je me suis remise à l’écriture. Sérieusement, assidûment depuis environ deux mois.

Jusqu’à présent, j’attendais que mes autres manuscrits trouvent preneurs chez un éditeur avant de me lancer dans un autre. Profite donc de la vie ! Pourquoi passes-tu des heures sur ton ordinateur pendant que dehors, il fait si beau et que la nature t’appelle pour une promenade ? me disais-je. Je trouvais toujours un prétexte pour ne pas m’atteler à l’écriture en écoutant cette petite voix intérieure, très facile à suivre tout bien considéré.

Et mes manuscrits continuaient à être refusés…

Cela, bien sûr, n’entamait en rien la qualité du texte, me serinaient mes (trop potentiels) éditeurs. Non, non. Ce n’était pas la bonne période (ah bon ?), mon texte n’entrait pas dans le cadre de leur ligne éditoriale, ils éditaient trop peu pour parier sur un inconnu, leur programme de l’année et de l’année suivante était déjà complet…

Ça va j’ai compris.

Et puis, je me suis souvenue de ma recherche de maison en Ardèche. Celles qui se présentaient à moi étaient trop petites, trop grandes, pas en pierre, loin de la rivière, loin des chemins de randonnées, trop près de la route, trop loin des commodités, trop, trop, trop, pas assez… Bref, elles ne correspondaient jamais à mes critères.

Je me suis donc acheté une vieille Jeep Wrangler rouge pas de la première jeunesse, mais ces modèles américains sont immortels (en réalité, nous sommes deux sur le coup, mais ma moitié n’aime pas que je parle d’elle dans mes scribouillages).

La Jeep décapotable rouge incarnait pour moi l’Ardèche, la liberté du vent dans les cheveux, le Sud, les vacances, les chemins de garrigue empierrés…

Précéder l’achat de la maison par celui de la Jeep allait la faire venir…

Et cela marcha !

Peu de temps après, ma vieille jeep toute neuve trouvait la cour de graviers où se garer, le petit appentis aux tuiles branlantes de la vieille bâtisse de pierres de mes rêves où se nicher.

C’est pourquoi je me suis remise à l’écriture.

Ecrire régulièrement fera de moi un auteur, provoquera l’énergie qui attirera à moi un éditeur.

Et ben, voui, figurez-vous. J’y crois, moi, aux énergies.

On en reparle dans quelques mois.



18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout